Archives de Catégorie: Bars / Cafés

Un moment italien à Paris / An Italian moment in Paris


Paris, l’Italie, le café. Et j’ajouterais des blogueuses parisiennes.

Vous me suivez ?
Bon, je vous éclaire : ce soir, séance découverte du bistrot « l’espressemente » d’Illy Paris. Au menu, un cours sur la fabrication du café dispensé en français et en italien par un membre de l’Université du Café de Paris et une goûteuse italienne chez Illy depuis 30 ans !

Illy, c’est quoi ?
Il s’agit d’une marque italienne de café, à l’origine de la création de la première dosette à papier (par Ernesto Illy en 1974 – Eh non, Georges Clooney n’a rien inventé !).
Depuis 2003, Illy a installé sa première boutique hors d’Italie dans notre chère capitale.

Le concept ? Un bistrot chic tout de noir et rouge vêtu, bar en acier, choix de café Illy illimité. En prime, des produits 100 % made in Italie (même les pâtisseries, les sièges et une partie du personnel viennent de là-bas!) .

Au-dessus de la table centrale, un grand lustre pour le moins étonnant : des dizaines de tasses customisées  chaque année par un nouvel artiste (l’an passé, c’était au tour du cinéaste espagnol Pedro Almodovar).
Une farandole de tasses colorées pour le plus grand plaisir de vos yeux !

Sur le mur de droite, deux ombres de visages à l’aube d’un baiser (un clin d’oeil au café nommé désir ?), plus au fond , des photographies en noir et blanc de Sebastio Salgado, en hommage aux caféiculteurs, sur la gauche, le grand bar en acier, un des symboles du « concept esspressemente ».

Et là, vous vous demandez pourquoi j’ai parlé de blogueuses…
Et bien ce soir, nous étions 5 blogueuses parisiennes invitées à cette soirée dégustation où l’on a appris à goûter correctement du café (Fabiana, la « gouteuse pro » en goûte plus de 120 par jour !), que 120 millions de personnes travaillent dans le secteur agricole de la culture du café dans le monde, que l’arabica est meilleur que le robusta et même que Paris est une ville test pour l’implantation de nouveaux concepts à travers le monde !

Outre MissaParis, étaient présentes Eloise de ParisTempsLibre, Naïma des Bons Plans de Naïma, Sophie de Gourmetise et Anne d’ Une gourmande à Paris.

Au final, la découverte d’un lieu sympathique où boire un bon café italien, la rencontre de camarades blogueuses parisiennes, et tout ça devant une tasse remplie d’un assemblage de 9 cafés provenant de 15 pays différents : un peu de Pérou, d’Inde, du Brésil et d’où sais-je encore dans une simple tasse à Paris !

What else ?
(Phrase finale déjà utilisée, mais inévitable !)

Illy Esspressemente
13, rue Auber
75 002 Paris
Métro Opéra

________________________

Paris, Italy and coffee. And I would add Parisian blogwriters.

Do you follow me ?
I make it clear : tonight, discovery lesson in the Illy « Esspressemente » café in Paris. At the menu, a lecture on the coffee making given both in French and Italian by a professor from the University of Coffee in Paris and an Italian professional taster at Illy’s since 30 years !

Illy, what is it ?
This is an Italian brand of coffee, at the origin of the creation of the first paper coffee bags (by Ernesto Illy – and no,  Georges Clooney has invented nothing !).
Since 2003, Illy created its first Illy café outside Italy in our dear capital.

The concept ? A chic bistrot decorating in red and black, bar in steel, an illimited choice of Illy coffees. Moreover, products 100% made in Italy (even the delicatessen, the seats and a part of the staff come from there!).

Above the central table, a very surprising big ceiling decoration : tens of cups customized each year by a new artist (last year it was the Spanish moviemaker Pedro Almodovar’s turn).
A farandole of colored cups for the big pleasure of your eyes !

On the right wall, the shadows of faces almost kissing (a wink to the « café nommé désir »?), further, black and white photographies from Sebastio Saldago in honor of the coffe-cultivators, on the left, the big steel bar, one of the « esspressemente concept » symbols.

And there, you are wondering why I spoke about the blogwriters…

Well tonight, we were 5 Parisian blogwriters invited to this tasting event where we learnt to taste coffee correctly (Fabiana, the « pro » taster tastes more than 120 ones a day !), that 120 millions people work in the farm sector of the coffee production in the world, that arabica is better than robusta and even that Paris is the test-city for the implementation of new concepts all over the world !

Except MissaParis, were there Eloise from ParisTempsLibre, Naïma from les Bons Plans de Naïma, Sophie from Gourmetise and Anne from Une gourmande à Paris.

Finally, the discovery of a nice place to drink a good Italian coffee, the meeting with Parisian blog-friends, and all of this in front of a cup full of the mix of 9 coffees from 15 different countries : a little of Peru, India, Brasil and I don’t know where in a little cup in Paris !

What else ?
(Final sentence already used but inevitable !)

Illy Esspressemente
13, rue Auber
75 002 Paris
Métro Opéra

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Bars / Cafés

Au Bar Sans Nom / At The Bar Without Name


Le Bar Sans Nom. C’est littéralement le nom de ce bar. Quoique, je n’en suis pas tout à fait sûre, puisque rien n’est écrit sur la devanture.

Il faut juste oser y entrer. Au bout de la rue de lappe, à quelques minutes de la place de la Bastille, une vitrine rouge, sur la gauche.
Lorsqu’on entre, un grand rideau rouge, comme au théâtre.

A l’intérieur, un bric-à-brac des plus délicieux : un vieux piano avec des fleurs séchées, de vieux fauteuils et des tables un peu rouillées, de grandes tentures et de vieux draps sur les murs, une musique jazzy en fond, une ambiance des plus plaisantes.

Le plus : la carte écrite sur un tableau blanc veleda. Le must du kitsch, mais on adore !!

Le Bar Sans Nom, quelque part au bout de la rue de lappe, dans le 12ème arrondissement…

_______________________

The Bar Without Name. That is litterally the name of this bar. But I am not really sure, as nothing is written on the window.

You just have to dare going in. At the end of the rue de lappe, a few minutes from Place de la Bastille, a red window, on the left.
When you go in, a big red curtain, as at the theatre.

Inside, a very delicious jumble : an old piano with dry flowers, old armchairs and a little rusted tables, sheets on the walls, a background jazzy music, a very pleasant atmosphere.

The must : the drinks written on a whiteboard. The must of the old-fashioned, but we love it !

The Bar Sans Nom, somewhere in the end of the rue de lappe, in the 12th arrondissement…

1 commentaire

Classé dans Bars / Cafés

Le Paris inconnu du mardi après-midi / The unknown Paris of the Tuesday afternoon


Comme la plupart des parisiens, je connais mieux le Paris du weekend, le Paris plein des touristes du dimanche, de la foule, du métro rempli à toute heure de la journée…

Hier, expérience incroyable ! J’ai découvert Paris sous un tout autre jour, celui du mardi après-midi.

Les rues vides, le métro désert, mais où sont donc tous les parisiens ? Le mardi après-midi, Paris est aux touristes !

Pas de files d’attente dans les magasins, des sièges libres dans le métro, Paris est calme, Paris est à nous !

Au musée d’Orsay, juste avant la fermeture, je me faufile entre les statues et les peintures, en discutant nonchalamment avec une amie, comme s’il était normal de se trouver dans un des plus beaux musées du monde !

Puis direction l’Esméralda, derrière Notre-Dame pour un thé tardif. A la table d’à côté, deux américains. Valentina et Kyle. Ils adorent Paris, sont tristes de quitter ma ville et m’envient de vivre ici.
Ne sont-ils pas contents de rentrer demain à la maison ? A part leur chien, rien ne leur manque ! Ils aimeraient tant vivre en Europe…

L’heure du départ a sonné pour eux… Demain, moi j’y serai encore, dans cette merveilleuse ville. Mais tout sera différent. Je retrouverai l’effervescence d’une journée de travail bien remplie, tout comme l’est Paris aux heures de pointes.

Adieu Paris paisible du mardi après-midi…

Photo : http://www.editionsducurieux.com

______________________

Like most of the Parisians, I know better the Paris of the weekend, the Paris full of the Sunday tourists, crowded, of the subway full at each hour of the day…

Yesterday, incredible experience ! I discovered Paris from another view, on a Tuesday afternoon.

The empty streets, the desert subway, but where are all the Parisians ? On Tuesday afternoon, Paris is the tourists’ !

No waiting lines in the shops, free seats in the subway, Paris is quiet, Paris is ours!

At the Orsay museum, just before it closes, I’m threading through the statues and the paintings, chatting nonchalantly with a friend, as if it was normal to be in one of the most beautiful museums in the world !

Then go to the Esmeralda, behind Notre-Dame, to have a late cup of tea. Just next to us, two Americans. Valentina and Kyle. They love Paris, are sad to leave my city and envy me to live here.
Aren’t they happy to go back home tomorrow ? Except their dog, they miss nothing ! They would like to live in Europe so much…

The departure has arrived for them… Tomorrow, I will still be here, in this beautiful city. But everything will be different. I will find again the effervescence of a busy working day, as Paris is at peak time…

Good bye peaceful Paris of the Tuesday afternoon…

Photo : http://www.editionsducurieux.com

Poster un commentaire

Classé dans Bars / Cafés, Bons plans / Good tips, Fourre-tout / Medley, Histoires parisiennes / Parisian stories, Musées / Museum

Le Café « Les Rosiers », comme à la maison. / The Café « Les Rosiers », like at home.


Un ami m’avait parlé de ce café en me disant que je devais « absolument » y aller ! J’y étais passée, une fois, mais n’y étais jamais entrée, la vitrine un peu vieillotte ne m’ayant pas attirée plus que ça.

Quelques semaines plus tard, ce même ami organise une petite soirée dans ce café. Cette fois-ci, plus question d’y échapper !

Et j’avoue ne pas avoir été déçue. Le style est certes ancien, un peu démodé, « rustique » pour faire un peu plus chic. De vieilles tables en bois, une vieux bar, des rideaux un peu passés… Mais où est-ce qu’il nous a emmenés ?!

Et puis Madame Sakhoun Dagarian entre scène et me fait instantanément changer d’avis. Avec la douceur d’une maman, elle me demande d’un sourire sincère : « alors ma chérie, qu’est-ce que je te sers? ».

Je crois que je suis adoptée… et que j’ai adopté les lieux ! Une fois assise sur la banquette, plutôt confortable ma foi, on m’amène un verre ballon. Et dans ce verre ballon, du kir à la violette. Une couleur acidulée qui réchauffe et un goût sucré sur les lèvres.

La soirée se poursuit, nous sommes une dizaine et presque les seuls clients du café. L’endroit est petit, mais convivial.

Finalement, nous restons dîner. Normalement, ils ferment à 20h30. Mais quand il y a du monde, ils laissent ouverts…

A la carte, pas de farandoles de mets originaux mais des plats simples, traditionnels qui sentent bon et font envie !
Un bourguignon, une blanquette de veau, une souris d’agneau ? Ça mijote dans la marmite !
On se croirait presque à la maison…

Sur une petite pancarte est écrit « il est interdit de ne pas finir son assiette »; qui a dit que nous n’allions pas finir ?!!

Tiens tiens, il est 23h passées… J’ai passé une excellente soirée entourée d’amis, dans le seul endroit animé de la rue des rosiers, en plein Marais, que demander de plus ?
Ah si, je prendrais bien un autre kir à la violette !

Café Les Rosiers
Madame Sakhoun Dagarian
2, rue des Rosiers 75 004 Paris
Tél : 01 48 87 94 09
Métro Saint-Paul.

_______________________

A friend had spoken to me about this café saying that I « absolutely » had to go there ! I passed in front of it once, but I hadn’t entered, the window was a little dowdy and didn’t attract me very much.

A few weeks later, the same friend organised a little party in this café. No way to escape again !

And I have to admit that I haven’t been disappointed. Well the style is quite old-fashioned, « rustic » to be more chic. Old wood tables, an old bar, a little used curtains… But where did he bring us ?!

And then Madame Sakhoun Dagarian comes on and instantaneously makes me change my mind. With the softness of a mummy, she asks me with a sincere smile : « so my darling, what can I bring to you? ».

I think I am adopted… and that I have adopted the places ! Once sat on the banquette, quite confortable well yes, I am brought a wine glass. And in this wine glass, white wine with violet. An acid color which warms up and a sweet taste on my lips.

The party is going on, we are ten and almost the only customers in the café. The place is small, but warmful.

Finally, we stay for dinner. Normally they close at 8:30 am. But when there are people, they remain open…

At the carte, no farandoles of original delicacies but simple and traditionnal dishes which smell good and yummy !
Beef bourguignon, blanquette of veal, lamb shanks ? That’s simmering in the pot !
We feel like at home…

On a little notice is written « it is forbidden not to finish your plate » ; who says we were not going to finish it ?!!

Well well, it is alreay 11 pm… I spent an excellent evening with friends, in the only lively place in the rue des rosiers, in the middle of the Marais, what else ?
Oh yes, I really would like another white wine glass with violet !

Café Les Rosiers
Madame Sakhoun Dagarian
2, rue des Rosiers 75 004 Paris
Phone : +33 (0) 1 48 87 94 09
Metro Saint-Paul.

2 Commentaires

Classé dans Bars / Cafés, Histoires parisiennes / Parisian stories, Restos / Restaurants

Prendre un café à Bastille ? Oui, mais pas au « Bastille » ! /Having a drink in Bastille ? Yes, but not at the « Bastille » !


MissaParis vous donne souvent des bonnes adresses. Mais des « déconseils » peuvent également être très utiles.

Par exemple, si vous souhaitez prendre un café à Bastille, je vous déconseille le « Bastille » : le café vous y coutera 4 euros ! Un double expresso 8 et un café-crème 6,5 euros…

Bien sûr, il y a des plus : terrasse chauffée, vue sur la place de la Bastille… Mais au moins, vous serez prévenus !

Photo : http://www.cityvox.fr

_______________

MissaParis often gives you good addresses. But « unadvice » can also be very useful.

For instance if you want to have a coffee I unadvise you the « Bastille » : a coffee will cost you 4 euros ! A double-expresso 8 and a coffee with cream 6,5 euros…

Of course there are plus : the warm terrasse, the view of the place de la Bastille… but at least you are warned !

Photo : http://www.cityvox.fr

1 commentaire

Classé dans Bars / Cafés

Rencontre avec Sab Will, un photographe britannique amoureux de Paris / Meeting with Sab Will, a British photographer in love with Paris


Les étrangers aiment Paris. et Paris aime les étrangers. Les deux sont vrais. Et j’ai rencontré quelqu’un qui ne pourrait pas dire le contraire.

Son nom est Sab Will. Il est photographe. Il vit à Paris. Il n’est pas français mais britannique.
Nous nous sommes rejoints dans un salon de thé douillet répondant au nom de « Le Valentin », passage Jouffroy, avons bu une tasse de « thé des poètes », le temps pour Sab de me raconter son histoire…

MissaParis : Sab, tu es britannique. Pourquoi avoir choisi de vivre à Paris ?
Sab Will : Oui, je suis britannique. Je suis né en Ecosse et ma famille a déménagé en Angleterre quand j’avais 2 ans. Il y a 17 ans je me suis comme enfui du Royaume-Uni pour faire un tour du monde, afin de chercher l’inspiration. Comme je l’ai trouvé à Paris, je m’y suis arrêté pour jamais ne vraiment en repartir.

MissaParis : Donc tu as un lien très particulier avec Paris ?
Sab Will : Bien sûr, oui. En réalité Paris a pris la décision pour moi de rester. Paris m’a accaparé.

MissaParis : Tu es photographe, peintre, poète… Avant toute quand as-tu débuté la photographie ?
Sab Will : J’ai commencé il y a 20 ans au Royaume-Uni. Je suis un autodidacte car je ne suis pas très fan des gens qui me disent quoi faire et je suis incorrigiblement entêté. J’ai presque laissé tomber quand je suis arrivé en France en 93 mais m’y suis remis très sérieusement il y a quelques années après un séjour en Grèce.
C’est alors devenu clair pour moi que c’était un domaine dans lequel je devais m’impliquer, et la photographie numérique venait juste de concurrencer l’argentique et depuis  il n’y a pas de regard en arrière !

MissaParis : Comment la capitale française t’inspire-t-elle ?
Sab Will : Paris inspire ma photographie, et ma photographie donne vie à ma passion pour cette ville en particulier – aucun autre endroit n’a le même effet sur moi. Je ne préoccupe parfois pas de prendre un appareil photo quand je suis en vacances !
Je suis passionné par cette ville de différentes manières et à différents niveaux. Pour commencer,
‘Paris Set Me Free’ (Paris m’a libéré), dans tous les sens du terme, dit vraiment tout. je me sens créativement libéré et comme prisonnier en même temps.
Mais en tant que photographe de rue ne pensez pas que je prends des photos clichés de couchers de soleil derrière la Tour Eiffel chaque jour – loin de là !  Je dirais qu’environ 50% de mon travail que je publie sur le blog ‘ »Paris and I » comporte une sorte d’ironie ou indique que rien n’est parfait comme on voudrait que ce le soit… i

MissaParis : Tu publies tes photographies sur plusieurs sites que tu as créés. Pourrais-tu nous éclairer à ce propos ?
Sab Will : Mon principal site de création est le site Paris Set Me Free site. Ce nom vient d’un poème que j’ai écrit et qui est l’un des plus simples mais aussi l’un des plus significatif pour moi; c’est quand l’importance que Paris avait pour moi est devenue claire dans mon esprit.
Egalement, à côté de ces nombreux blogs, j’ai créé un nouveau site, Paris Photo Walks, pour me concentrer sur les photos de Paris. Mon but est de donner ma représentation photographique personnelle la plus complète de cette ville.

MissaParis : Mais pourquoi sur Internet ?
Sab Will : Parce que ce que j’aime avec Internet, c’est la possibilité de toucher des gens à travers le monde entier. Je publie une photo et 3 minutes plus tard un Australien peut la voir.

MissaParis : Et pourquoi plusieurs sites Internet et pas un unique ?
Sab Will : Pour que les gens puissent choisir par quoi ils sont intéressés : la photographie, la peinture, la poésie…

MissaParis : Tu sembles avoir tant de passions…
Sab Will : Un de mes plus gros problèmes a toujours été que j’essaie de faire  trop de choses qui finissent par être de la merde. A ce jour j’ai finalement réussi à me restreindre à une poignée de domaines artistiques, et je travaille à la folle production de photos et de peintures et de mots qui je l’espère auront un certain sens pour quelqu’un, à commencer par moi !
Paris est un peu comme un cœur déversant des couleurs et des mots et des pixels tout autour de mon corps ! Si quelqu’un m’enlevait cela, je ne sais pas ce que je deviendrais.

MissaParis : Pourrais-tu nous en dire un peu plus sur tes projets en peinture ?
Sab Will : J’ai imaginé un concept autour de l’idée d’infini avec 9 carrés que l’on peut faire bouger afin de créer sa propre composition. C’est une peinture qui n’a ni début ni fin. C’est une métaphore de la vie. Cela semble complet et lorsque l’on bouge certaines parties, cela en créé une nouvelle. C’est comme la rivière de la vie, avec toutes les générations. Les gens peuvent choisir leur propre configuration.

MissaParis : Et quel est ton projet projet ?
Sab Will : L’art de rue ! Et ce un morceau no-officiel de Paris…
[Depuis l’interview ce projet a abouti et vous pouvez le voir en cliquant ici.]

MissaParis : Maintenant l’habituelle question MissaParis ! Quel est ton endroit préféré à Paris ?
Sab Will : C’est une drôle de question… à laquelle il est impossible de répondre !
J’adore la Tour Eiffel évidemment; j’essaie de prendre des photos différents à chaque fois. Mais j’aime aussi les parcs : le Parc Montsouris, le Parc Georges Brassens… Je pense paris dans son ensemble !

MissaParis : Et aurais-tu une bonne adresse à conseiller aux lecteurs de MissaParis ?
Sab Will : Peut-être ce salon de thé  où nous sommes en ce moment-même, « Le Valentin ». Et toutes les curieuses boutiques de ce magnifique passage.
[Passage Jouffroy, dans le 9ème arrondissement.]

MissaParis : Un dernier mot pour MissaParis ?
Sab Will :
Je te souhaite bonne chance et continuerai de lire avec plaisir ton blog pendant encore très longtemps !

Encore mille merci à Sab Will pour cette incroyable rencontre  et la séance photos ! Plus qu’une interview, Sab Will m’a également montré une de ses peintures et sa façon d’attendre derrière une fenêtre pour la bonne photo…
Sab Will un « vrai artiste parisien » à découvrir…

Photos : MissaParis sur une idée de Sab Will.

_________________

Foreigners love Paris. And Paris loves foreigners. Both are true. And I just met someone who couldn’t say the contrary.

His name is Sab Will. He is a photographer. He lives in Paris. He is not French, but British.
We met in a cosy salon de thé called « Le Valentin », passage Jouffroy, drank  a cup of « thé des poètes », the time for Sab to explain me his story…

MissaParis : Sab, you are British. Why have you chosen Paris to live in ?
Sab Will :Yes, I am British. I was born in Scotland and my family moved to England when I was 2. 17 years ago I kind of wanted to run away from UK and to go around the world, looking for inspiration. As I found it in Paris I stopped there and quite never left it.

MissaParis : So you have a particular link with Paris ?
Sab Will : Of course, yes. In fact the decision to stay was made for me by Paris. Paris grapped me.

MissaParis : You are a photographer, a painter, a poet… First of all when did you start the photography ?
Sab Will :
I first got into photography over 20 years ago in the UK. I’m self-taught because I’m not a big fan of people telling me what to do, and irritatingly stubborn. I pretty much dropped it when I came to France back in ’93, but got back into it in a big way a few years ago following a stay in Greece.
It became clear to me that this was a great area to get into, and digital photography was just starting to rival traditional SLRs, and since then there’s been no looking back !

MissaParis : How does the French capital inspire you ?
Sab Will : Paris inspires my photography, and my photography breathes life into my passion for this city in particular – no other place has anything like the same effect on me. I sometimes don’t even bother taking a camera with me when I go on holiday !

I’m passionate about the city in many different ways and on many different levels. For a start, ‘Paris Set Me Free’, in all its senses, really says it all. I feel creatively liberated and yet some sort of sweet prisoner at the same time.

But as a street photographer don’t think I’m taking chocolate box postcards of sunsets behind the Eiffel Tower every day – far from it! I’d say that roughly 50% of my work, such as my words-and-image vignettes I publish on the ‘Paris and I’ blog, include some sort of irony or indication that not everything is as perfect as we would like to kid ourselves it is…

MissaParis : You publish your photographies on many websites you created. Could you enlight us about that ?
Sab Will : My main creative hub is the Paris Set Me Free site. This name came from a poem I wrote which is one of my simplest but also most significant for me; it’s when it became clear in my own mind just how important Paris was for me.
Also, apart from a lot of blogs, I’ve just started a new site, Paris Photo Walks, to focus on my Paris photography. My aim is eventually for it to be the most complete personal photographic record of the city out there.

MissaParis : But why on the Internet ?
Sab Will : Because what I like of Internet, that is the possibility to touch people all over the world. I publish a photo in Paris and 3 minutes later an Australian will be able to see it.

MissaParis : And why several websites and not just one ?
Sab Will : Because people can choose what they are interested in : photography, painting, poetry…

MissaParis : You seem to have so many passions…
Sab Will
: One of my biggest problems has always been that I try to do too many things and end up being pretty crap at all of them. Right now I’ve finally managed to restrict myself to just a handful of artistic domains, and I’m working like crazy producing photos and paintings and words which I hope will have some sort of meaning for someone, starting with me !
Paris is a bit like a creative heart pumping colours and words and pixels around my body ! If someone took that out of me I don’t know what I’d be.

MissaParis : Could you tell a little more about your projects in paintings ?
Sab Will : I have imagined a concept about the idea of infinite with 9 squares and moving them you can create your own composition. This is a painting with no beginning and no end. It’s a metaphore for life. That seems to be complete, and when you move some parts of it, it creates a new one. This is like the river of life, with all the generations. People can choose their own configuration.

MissaParis : And what is your next project ?
Sab Will : Street art ! And it will be an unofficial part of Paris…
[Since we made the interview this project has been realized and you can see it clicking here.]

MissaParis : Now the MissaParis question as usual ! What is your favorite place in Paris ?
Sab Will : That’s a funny question… and imposssible to answer !
I love the Eiffel Tower of course; I’m trying to take different pictures each time. But I also like the parks : the Parc Montsouris, the Parc Georges Brassens… I think Paris entirely !

MissaParis : And do you have a good address to advise to the MissaParis readers ?
Sab Will : Perhaps this salon de thé where we are right now, « The Valentin ». And all the curious shops in this beautiful passage.
[Passage Jouffroy, in the 9th arrondissement.]

MissaParis : A last word for MissaParis ?
Sab Will :
I wish you luck and will continue to enjoy reading your blog for a long time to come !

Many thanks again to Sab Will for this amazing meeting and the photo shoot ! More than an interview, Sab Will showed me one of this paintings, his way to wait behind a window for the good picture…
Sab Will a « real Parisian artist » to discover…

Photos : MissaParis upon Sab Will’s idea.

2 Commentaires

Classé dans Bars / Cafés, Interviews / Interviews, Photos / Pictures, Poésie / Poetry

« La Fée Verte », à Bastille / « La Fée Verte », in Bastille


En voilà un bel endroit que le bar de la Fée Verte ! Un lieu un peu décalé, à l’ancienne, avec les vieux lustres et le vieux bar, l’atmosphère  chaleureuse, les reprises soul des musiques rocks, de jolies assiettes qui défilent devant vos yeux gourmands alors qu’il n’est encore 18 heures…

Pour le découvrir, descendez station Voltaire ou préférez Bastille, la marche est plus longue mais n’est-ce pas agréable de descendre la rue de La Roquette un dimanche après-midi alors que le soleil nous fait encore l’honneur de sa présence ?

Et pourquoi la Fée Verte ? Parce qu’il s’agit d’un des derniers bars parisiens où l’on peut déguster de l’absinthe.


La Fée Verte
108, rue De la Roquette, Paris 11ème.
Tél : 01 43 72 31 24

Du lundi au vendredi de 8h à 2h.
Les samedi et dimanche de 9h à 2h.

________________

Here it is a nice place that the Fée Verte (Green Fairy) ! A place a little retro, old fashioned, with old lustres and the old bar, the warmful atmosphere, the rock songs played in a soul way, nice plates coming in front of your gourmand eyes while it is only 6 pm…

To discover this place, go out at Voltaire station or prefer Bastille, the way is longer but isn’t it pleasant to go down the Roquette street  on a Sunday afternoon while the sun is honoring us of its presence ?

And why the Green Fairy ? Because it is one of the last Parisisian bars where you can drink warmwood (absinthe).

La Fée Verte
108, rue De la Roquette, Paris 11th arrondissement.
Phone: +33 (0)1 43 72 31 24

From Monday to Friday, from 8 am to 2 am.
On Saturday and Sunday from 9am to 2am.

Poster un commentaire

Classé dans Bars / Cafés, Poésie / Poetry, Restos / Restaurants