Archives de Catégorie: Histoires parisiennes / Parisian stories

Le Père Noël en bleu, une nouvelle mode ? / Christmas Father in blue, a new fashion ?



A en voir les Pères Noël tout de bleu vêtus boulevard Haussmann jeudi midi, la réponse aurait pu être oui !

Et puis finalement non… il s’agissait juste d’une habile campagne publicitaire.
Et ça marche ! La preuve, même MissaParis en parle !

________________________

Seeing the all blue-wearing Christmas Fathers on boulevard Haussmann on Thursday afternoon, the answer could have been yes !

And finally not… that was only a smart advertising campaign. And that’s working ! See, even MissaParis speaks about it !

2 Commentaires

Classé dans Histoires parisiennes / Parisian stories, Mode / Fashion

Paris paralysé par la neige… / Paris paralyzed by the snow…


Quelques flocons, et voilà la capitale paralysée… des heures pour parcourir quelques kilomètres en voiture, le parcours du combattant pour faire quelques mètres à pied…

Vous aussi, vous avez dû vous tenir aux barrières dans la rue, faire de micro-pas pour ne pas tomber, planter vos talons aiguilles en guise de piolets dans la glace, pour finalement tomber comme une crêpe sur le trottoir verglacé ?

Eh oui, le tout n’est pas de regarder les flocons tomber à travers les fenêtres, mais d’affronter avec bravoure ce temps hivernal plein de surprises et de danger!

En dehors de votre démarche désormais en canard (une chute sur le béton glacé, ça fait mal !) ou du cul-à-cul sur les boulevards parisiens, ou encore des dysfonctionnements dus à je ne sais quel arbre tombé sur la voie du rer, Paris sous la neige, c’est quand même magnifique, non ?

____________________

Some flakes, and here is the capital paralyzed… hours to cover some kilometers by car, an assault course to walk some meters…

You too, you had to held the fences in the street, do micro steps not to fall down, stick your stilettos as ice picks in the ice, to finally fall down like a crêpe on the frozen pavement ?

Well yes, all is not only to look the flakes falling towards the windows, but to confront with bravery this winter weather full of surprises and danger !

Despite of your duck walk (a fall on the frozen concrete, that hurts !) or of the traffic jam in the Parisian boulevards, or of the the malfunctioning caused to I-don’t-know which tree on the train tracks, Paris under snow, that is beautiful, isn’t it ?

3 Commentaires

Classé dans Fourre-tout / Medley, Histoires parisiennes / Parisian stories

Mon beau Paris d’hiver / My pretty winter Paris


On le sentait depuis quelques jours déjà : les grosses écharpes, le ciel gris, la fumée sortant de nos bouches, les vitrines décorées et illuminées des grandes galeries, la musique de Marry Poppins dans ces mêmes vitrines, le Jingle Bells dans les magasins, les gros paquets colorés que l’on commence à voir dans les bras des Parisiens, les guirlandes, les moufles, les sapins, et plus particulièrement celui décoré de canettes de bières dans ce pub à deux pas de mon travail, les pare-brises gelés, les lèvres gercées, le froid glacial qui nous saisit en sortant de la maison chaque matin, la nuit qui tombe de plus en plus tôt, les volets que l’on ferme de moins en moins tard, le bon feu de cheminée que l’on imagine juste là, en face du canapé, les calendriers de l’Avent qu’il va bientôt falloir acheter, les étals remplis de chocolats qui n’attendent que d’être mangés…

… et aujourd’hui les premiers flocons sur la capitale… l’hiver est là, Noël approche !

Le Paris d’hiver est froid, glacial, sombre et parfois ensoleillé, impatient de voir revenir les premiers rayons de soleil du printemps mais en même temps si charmant, excitant et impatient d’être totalement recouvert de ce si beau manteau blanc qui lui va comme un gant !

Mon beau Paris d’hiver…

Photo : La Tour Eiffel sous la neige, le 16 décembre 2009. (AFP, Fred Dutour)

________________________

We can have felt it for a few days already : the big scarfs, the grey sky, the smoke coming from our mouthes, the enlighted and decorated windows in the galleries, the Marry Poppins music in the same windows, the Jungle Bells in the shops, the big colored packages we start seeing in the Parisians’ arms, the tinsels, the mittens, the Christmas trees and particularly the one decorated with cans of beer in the pub just next to my work, the frozen windscreens, the chappeds lips, the freezing cold which grips us when we leave home each morning, the night which arrives earlier and earlier, the shelters closed less and less late, the good chimney fire we imagine just here, in front of the sofa, the Advent calendars we’ll soon have to buy,  stalls full of chocolates just waiting for being eaten…

… and today the first flakes on the capital… winter is here, Christmas is coming !

The winter Paris is cold, freezing, dark and sometimes sunny, impatient to see again the spring rays of sunlight but in the same time charming, exciting and impatient to be totally covered with this so beautiful white coat which fits it like a glove !

My beautiful winter Paris…

Photo : La Tour Eiffel sous la neige, le 16 décembre 2009. (AFP, Fred Dutour)

Poster un commentaire

Classé dans Histoires parisiennes / Parisian stories, Photos / Pictures

« La Course Parisienne » / « The Parisian Running »


Il ne s’agit pas d’un marathon annuel ni d’une course caritative mais de celle quotidienne de tout bon Parisien : la course après le temps.

Ça commence le matin, dans le métro : vous marchez d’un pas tranquille quand tout à coup la personne au bout du couloir se met à courir. Peu à peu les autres personnes devant vous le suivent. Et puis c’est votre tour et vous vous mettez à courir. Pourquoi ? Parce que les autres courent pardi !

Pour finalement vous apercevoir, essoufflés, comme vos camarades de couloir de métro quelques secondes avant vous, que c’était le métro du quai d’en face…

Ça ne vous est jamais arrivé ?!

Et la course va se poursuivre ainsi tout au long de la journée : l’attente au feu rouge pour traverser, le slalom entre les passants peu pressés sur le trottoir, l’accélération pour retenir l’ascenseur… et le soir, encore, avec le métro…

Vivre à Paris, c’est un vrai marathon vous ne trouvez pas ?

Photo : http://lebrunf9.free.fr

__________________

This is not a yearly marathon or a charitable running but the daily one as a good Parisian : the run after time.

It starts in the metro the morning : we are quietly walking when someone in the end of the corridor starts running. Little by little the others in front of you follow him. Then it’s your turn to start running. Why ? Because the others are running of course !

To finally realize, unbreathless, as your metro corridormates a few seconds before you, that it was the metro at the platform opposite…

Haven’t it never happened to you ?

And the running is continuing all day long : the running at the traffic light to cross the street, the slalom between the unhurried people on the pavement, the acceleration to keep on the lift… and the evening, again, with the metro…

Living in Paris is a real marathon, isn’t it ?

Photo : http://lebrunf9.free.fr

1 commentaire

Classé dans Fourre-tout / Medley, Histoires parisiennes / Parisian stories, Métro / Subway

Le Paris inconnu du mardi après-midi / The unknown Paris of the Tuesday afternoon


Comme la plupart des parisiens, je connais mieux le Paris du weekend, le Paris plein des touristes du dimanche, de la foule, du métro rempli à toute heure de la journée…

Hier, expérience incroyable ! J’ai découvert Paris sous un tout autre jour, celui du mardi après-midi.

Les rues vides, le métro désert, mais où sont donc tous les parisiens ? Le mardi après-midi, Paris est aux touristes !

Pas de files d’attente dans les magasins, des sièges libres dans le métro, Paris est calme, Paris est à nous !

Au musée d’Orsay, juste avant la fermeture, je me faufile entre les statues et les peintures, en discutant nonchalamment avec une amie, comme s’il était normal de se trouver dans un des plus beaux musées du monde !

Puis direction l’Esméralda, derrière Notre-Dame pour un thé tardif. A la table d’à côté, deux américains. Valentina et Kyle. Ils adorent Paris, sont tristes de quitter ma ville et m’envient de vivre ici.
Ne sont-ils pas contents de rentrer demain à la maison ? A part leur chien, rien ne leur manque ! Ils aimeraient tant vivre en Europe…

L’heure du départ a sonné pour eux… Demain, moi j’y serai encore, dans cette merveilleuse ville. Mais tout sera différent. Je retrouverai l’effervescence d’une journée de travail bien remplie, tout comme l’est Paris aux heures de pointes.

Adieu Paris paisible du mardi après-midi…

Photo : http://www.editionsducurieux.com

______________________

Like most of the Parisians, I know better the Paris of the weekend, the Paris full of the Sunday tourists, crowded, of the subway full at each hour of the day…

Yesterday, incredible experience ! I discovered Paris from another view, on a Tuesday afternoon.

The empty streets, the desert subway, but where are all the Parisians ? On Tuesday afternoon, Paris is the tourists’ !

No waiting lines in the shops, free seats in the subway, Paris is quiet, Paris is ours!

At the Orsay museum, just before it closes, I’m threading through the statues and the paintings, chatting nonchalantly with a friend, as if it was normal to be in one of the most beautiful museums in the world !

Then go to the Esmeralda, behind Notre-Dame, to have a late cup of tea. Just next to us, two Americans. Valentina and Kyle. They love Paris, are sad to leave my city and envy me to live here.
Aren’t they happy to go back home tomorrow ? Except their dog, they miss nothing ! They would like to live in Europe so much…

The departure has arrived for them… Tomorrow, I will still be here, in this beautiful city. But everything will be different. I will find again the effervescence of a busy working day, as Paris is at peak time…

Good bye peaceful Paris of the Tuesday afternoon…

Photo : http://www.editionsducurieux.com

Poster un commentaire

Classé dans Bars / Cafés, Bons plans / Good tips, Fourre-tout / Medley, Histoires parisiennes / Parisian stories, Musées / Museum

Le Café « Les Rosiers », comme à la maison. / The Café « Les Rosiers », like at home.


Un ami m’avait parlé de ce café en me disant que je devais « absolument » y aller ! J’y étais passée, une fois, mais n’y étais jamais entrée, la vitrine un peu vieillotte ne m’ayant pas attirée plus que ça.

Quelques semaines plus tard, ce même ami organise une petite soirée dans ce café. Cette fois-ci, plus question d’y échapper !

Et j’avoue ne pas avoir été déçue. Le style est certes ancien, un peu démodé, « rustique » pour faire un peu plus chic. De vieilles tables en bois, une vieux bar, des rideaux un peu passés… Mais où est-ce qu’il nous a emmenés ?!

Et puis Madame Sakhoun Dagarian entre scène et me fait instantanément changer d’avis. Avec la douceur d’une maman, elle me demande d’un sourire sincère : « alors ma chérie, qu’est-ce que je te sers? ».

Je crois que je suis adoptée… et que j’ai adopté les lieux ! Une fois assise sur la banquette, plutôt confortable ma foi, on m’amène un verre ballon. Et dans ce verre ballon, du kir à la violette. Une couleur acidulée qui réchauffe et un goût sucré sur les lèvres.

La soirée se poursuit, nous sommes une dizaine et presque les seuls clients du café. L’endroit est petit, mais convivial.

Finalement, nous restons dîner. Normalement, ils ferment à 20h30. Mais quand il y a du monde, ils laissent ouverts…

A la carte, pas de farandoles de mets originaux mais des plats simples, traditionnels qui sentent bon et font envie !
Un bourguignon, une blanquette de veau, une souris d’agneau ? Ça mijote dans la marmite !
On se croirait presque à la maison…

Sur une petite pancarte est écrit « il est interdit de ne pas finir son assiette »; qui a dit que nous n’allions pas finir ?!!

Tiens tiens, il est 23h passées… J’ai passé une excellente soirée entourée d’amis, dans le seul endroit animé de la rue des rosiers, en plein Marais, que demander de plus ?
Ah si, je prendrais bien un autre kir à la violette !

Café Les Rosiers
Madame Sakhoun Dagarian
2, rue des Rosiers 75 004 Paris
Tél : 01 48 87 94 09
Métro Saint-Paul.

_______________________

A friend had spoken to me about this café saying that I « absolutely » had to go there ! I passed in front of it once, but I hadn’t entered, the window was a little dowdy and didn’t attract me very much.

A few weeks later, the same friend organised a little party in this café. No way to escape again !

And I have to admit that I haven’t been disappointed. Well the style is quite old-fashioned, « rustic » to be more chic. Old wood tables, an old bar, a little used curtains… But where did he bring us ?!

And then Madame Sakhoun Dagarian comes on and instantaneously makes me change my mind. With the softness of a mummy, she asks me with a sincere smile : « so my darling, what can I bring to you? ».

I think I am adopted… and that I have adopted the places ! Once sat on the banquette, quite confortable well yes, I am brought a wine glass. And in this wine glass, white wine with violet. An acid color which warms up and a sweet taste on my lips.

The party is going on, we are ten and almost the only customers in the café. The place is small, but warmful.

Finally, we stay for dinner. Normally they close at 8:30 am. But when there are people, they remain open…

At the carte, no farandoles of original delicacies but simple and traditionnal dishes which smell good and yummy !
Beef bourguignon, blanquette of veal, lamb shanks ? That’s simmering in the pot !
We feel like at home…

On a little notice is written « it is forbidden not to finish your plate » ; who says we were not going to finish it ?!!

Well well, it is alreay 11 pm… I spent an excellent evening with friends, in the only lively place in the rue des rosiers, in the middle of the Marais, what else ?
Oh yes, I really would like another white wine glass with violet !

Café Les Rosiers
Madame Sakhoun Dagarian
2, rue des Rosiers 75 004 Paris
Phone : +33 (0) 1 48 87 94 09
Metro Saint-Paul.

2 Commentaires

Classé dans Bars / Cafés, Histoires parisiennes / Parisian stories, Restos / Restaurants

« Le wagon de 22:33 » / « The wagon of 10:33 pm »


Cela pourrait être le titre d’un roman policier. 22h33, l’heure du crime. Dans une gare parisienne déserte et mal éclairée, dans les escalators grinçants et les couloirs sans fin, vous êtes la seule âme qui vive. Un peu effrayant, non ?

Sauf que votre optimisme et votre perpétuelle volonté de voir le meilleur de tout vous conduisent à trouver cette situation des plus intéressantes…

Pourquoi ? Ça, vous ne le savez pas encore. Les plus pessimistes pourraient penser que quelque chose d’épouvantable est sur le point de se produire…

Et au risque de vous décevoir, ce qui s’ensuit est bien plus proche du sympathique que de l’horreur.

Sur un quai, vous dépassez les wagons un à un, et derrière les vitres vous regardent des yeux tristes et aussi vides que les sièges alentours. Au 5ème wagon, les mines semblent plus réjouies. Vous montez.

Vous sortez votre livre, commencez un nouveau chapitre quand vous vous apercevez tout à coup que les gens qui discutent autour de vous ne se connaissent pas. Pas plus que vous ne les connaissez.

Une jeune femme pleine d’entrain lance : « Ah, vous voyez, elle aussi a préféré monter dans ce wagon, dans les autres c’était désert! ».
Vous lui souriez. Elle n’a pas tort !

Une jeune fille entre et à l’autre qui l’interpelle d’un « eh, une nouvelle recrue! », elle acquiesce d’un sourire.

Les huit passagers commencent à discuter. Ces huit passagers qui, il y a quelques minutes encore, étaient de parfaits inconnus sont devenus en ce si petit laps de temps des compagnons de voyage.

Vous parlez, échanger, riez. Un jeune homme quitte le wagon, c’est un peu comme un petit bout de votre équipe qui s’en va !

A la prochaine, c’est votre tour…
Tout le monde vous souhaite un bon retour, une bonne soirée. Et pour sûr, elle a été bonne !

 

Image : www3.ac-nancy-metz.fr

_____________________________

That could be the title of a detective novel. 10:33 pm, the crime time. In a desert and dark Parisian station, in the creaking escalators and the endless corridors, you are totally alone. A little scary, isn’t it ?

Except that your optimism and your perpetual will to see the best in everything make you thought that this situation is very interesting…

Why ? That, you don’t know it yet. The most pessimist ones could think that something awful is going to happen…

Sorry to disappoint you, but what is following is more sympatic than horrible.

On a platform, you go along the wagons, one after the other, and behind the windows are looking at you sad eyes and as empty as the seats around. At the 5th wagon, the faces seem more joyful. You go in.

You take out your book, start reading a new chapter and suddenly we get that people chatting around you don’t know each other. Not more that you don’t know them either.

A young woman full of life says : « Ah, you see, she has prefered to come in this wagon too, the others were empty! ».
You smile at her. She is not wrong !

A young girl arrives and to the other one who shouts at her with a « eh, a new one! », she nodds with a smile.

The eight passengers start chatting. Those height passengers who, a few minutes ago, were real strangers have become travelling companions in a so short period of time.

You’re chatting, sharing, laughing. A young man leaves the wagon and that’s as if a little piece of the your team is leaving ! V

At the next one, that’s your turn…
Every one wishes you a safe return, good evening. And for sure, it was a good one !

 

Picture : www3.ac-nancy-metz.fr

1 commentaire

Classé dans Fourre-tout / Medley, Histoires parisiennes / Parisian stories, Métro / Subway, Poésie / Poetry