Archives de Catégorie: Poésie / Poetry

Un orchestre symphonique en cadeau de Noël ! / A symphony orchestra as a Christmas gift !


Je vous ai conseillé d’assister au dernier concert Mélomania de 2010. Y êtes-vous allés ? Moi oui !

Et quelle surprise ! En effet, je vous avais promis une interprétation par Alain Kremski… et nous avons eu droit à l’orchestre symphonique du Centre de Paris.

Un grand moment de magie musicale dans cette belle et grande salle des fêtes de la mairie du 4ème arrondissement.

Si vous avez manqué ce concert, rendez-vous l’année prochaine, le 29 janvier 2011 !

___________________

I advised you to attend the last concert Melomania of 2010. Did you go ? I did !

And what a surprise ! In fact I promised an interpretation by Alain Kremski… and we had the honour to have the symphony orchestra of the Center of Paris.

A great moment of musical magic in this beautiful community room of the City Hall of the 4th arrondissement.

If you have missed it, rendez-vous next year, on 29th January 2011 !

 

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Concerts / Concerts, Musique / Music, Poésie / Poetry

« Le wagon de 22:33 » / « The wagon of 10:33 pm »


Cela pourrait être le titre d’un roman policier. 22h33, l’heure du crime. Dans une gare parisienne déserte et mal éclairée, dans les escalators grinçants et les couloirs sans fin, vous êtes la seule âme qui vive. Un peu effrayant, non ?

Sauf que votre optimisme et votre perpétuelle volonté de voir le meilleur de tout vous conduisent à trouver cette situation des plus intéressantes…

Pourquoi ? Ça, vous ne le savez pas encore. Les plus pessimistes pourraient penser que quelque chose d’épouvantable est sur le point de se produire…

Et au risque de vous décevoir, ce qui s’ensuit est bien plus proche du sympathique que de l’horreur.

Sur un quai, vous dépassez les wagons un à un, et derrière les vitres vous regardent des yeux tristes et aussi vides que les sièges alentours. Au 5ème wagon, les mines semblent plus réjouies. Vous montez.

Vous sortez votre livre, commencez un nouveau chapitre quand vous vous apercevez tout à coup que les gens qui discutent autour de vous ne se connaissent pas. Pas plus que vous ne les connaissez.

Une jeune femme pleine d’entrain lance : « Ah, vous voyez, elle aussi a préféré monter dans ce wagon, dans les autres c’était désert! ».
Vous lui souriez. Elle n’a pas tort !

Une jeune fille entre et à l’autre qui l’interpelle d’un « eh, une nouvelle recrue! », elle acquiesce d’un sourire.

Les huit passagers commencent à discuter. Ces huit passagers qui, il y a quelques minutes encore, étaient de parfaits inconnus sont devenus en ce si petit laps de temps des compagnons de voyage.

Vous parlez, échanger, riez. Un jeune homme quitte le wagon, c’est un peu comme un petit bout de votre équipe qui s’en va !

A la prochaine, c’est votre tour…
Tout le monde vous souhaite un bon retour, une bonne soirée. Et pour sûr, elle a été bonne !

 

Image : www3.ac-nancy-metz.fr

_____________________________

That could be the title of a detective novel. 10:33 pm, the crime time. In a desert and dark Parisian station, in the creaking escalators and the endless corridors, you are totally alone. A little scary, isn’t it ?

Except that your optimism and your perpetual will to see the best in everything make you thought that this situation is very interesting…

Why ? That, you don’t know it yet. The most pessimist ones could think that something awful is going to happen…

Sorry to disappoint you, but what is following is more sympatic than horrible.

On a platform, you go along the wagons, one after the other, and behind the windows are looking at you sad eyes and as empty as the seats around. At the 5th wagon, the faces seem more joyful. You go in.

You take out your book, start reading a new chapter and suddenly we get that people chatting around you don’t know each other. Not more that you don’t know them either.

A young woman full of life says : « Ah, you see, she has prefered to come in this wagon too, the others were empty! ».
You smile at her. She is not wrong !

A young girl arrives and to the other one who shouts at her with a « eh, a new one! », she nodds with a smile.

The eight passengers start chatting. Those height passengers who, a few minutes ago, were real strangers have become travelling companions in a so short period of time.

You’re chatting, sharing, laughing. A young man leaves the wagon and that’s as if a little piece of the your team is leaving ! V

At the next one, that’s your turn…
Every one wishes you a safe return, good evening. And for sure, it was a good one !

 

Picture : www3.ac-nancy-metz.fr

1 commentaire

Classé dans Fourre-tout / Medley, Histoires parisiennes / Parisian stories, Métro / Subway, Poésie / Poetry

Rencontre avec Sab Will, un photographe britannique amoureux de Paris / Meeting with Sab Will, a British photographer in love with Paris


Les étrangers aiment Paris. et Paris aime les étrangers. Les deux sont vrais. Et j’ai rencontré quelqu’un qui ne pourrait pas dire le contraire.

Son nom est Sab Will. Il est photographe. Il vit à Paris. Il n’est pas français mais britannique.
Nous nous sommes rejoints dans un salon de thé douillet répondant au nom de « Le Valentin », passage Jouffroy, avons bu une tasse de « thé des poètes », le temps pour Sab de me raconter son histoire…

MissaParis : Sab, tu es britannique. Pourquoi avoir choisi de vivre à Paris ?
Sab Will : Oui, je suis britannique. Je suis né en Ecosse et ma famille a déménagé en Angleterre quand j’avais 2 ans. Il y a 17 ans je me suis comme enfui du Royaume-Uni pour faire un tour du monde, afin de chercher l’inspiration. Comme je l’ai trouvé à Paris, je m’y suis arrêté pour jamais ne vraiment en repartir.

MissaParis : Donc tu as un lien très particulier avec Paris ?
Sab Will : Bien sûr, oui. En réalité Paris a pris la décision pour moi de rester. Paris m’a accaparé.

MissaParis : Tu es photographe, peintre, poète… Avant toute quand as-tu débuté la photographie ?
Sab Will : J’ai commencé il y a 20 ans au Royaume-Uni. Je suis un autodidacte car je ne suis pas très fan des gens qui me disent quoi faire et je suis incorrigiblement entêté. J’ai presque laissé tomber quand je suis arrivé en France en 93 mais m’y suis remis très sérieusement il y a quelques années après un séjour en Grèce.
C’est alors devenu clair pour moi que c’était un domaine dans lequel je devais m’impliquer, et la photographie numérique venait juste de concurrencer l’argentique et depuis  il n’y a pas de regard en arrière !

MissaParis : Comment la capitale française t’inspire-t-elle ?
Sab Will : Paris inspire ma photographie, et ma photographie donne vie à ma passion pour cette ville en particulier – aucun autre endroit n’a le même effet sur moi. Je ne préoccupe parfois pas de prendre un appareil photo quand je suis en vacances !
Je suis passionné par cette ville de différentes manières et à différents niveaux. Pour commencer,
‘Paris Set Me Free’ (Paris m’a libéré), dans tous les sens du terme, dit vraiment tout. je me sens créativement libéré et comme prisonnier en même temps.
Mais en tant que photographe de rue ne pensez pas que je prends des photos clichés de couchers de soleil derrière la Tour Eiffel chaque jour – loin de là !  Je dirais qu’environ 50% de mon travail que je publie sur le blog ‘ »Paris and I » comporte une sorte d’ironie ou indique que rien n’est parfait comme on voudrait que ce le soit… i

MissaParis : Tu publies tes photographies sur plusieurs sites que tu as créés. Pourrais-tu nous éclairer à ce propos ?
Sab Will : Mon principal site de création est le site Paris Set Me Free site. Ce nom vient d’un poème que j’ai écrit et qui est l’un des plus simples mais aussi l’un des plus significatif pour moi; c’est quand l’importance que Paris avait pour moi est devenue claire dans mon esprit.
Egalement, à côté de ces nombreux blogs, j’ai créé un nouveau site, Paris Photo Walks, pour me concentrer sur les photos de Paris. Mon but est de donner ma représentation photographique personnelle la plus complète de cette ville.

MissaParis : Mais pourquoi sur Internet ?
Sab Will : Parce que ce que j’aime avec Internet, c’est la possibilité de toucher des gens à travers le monde entier. Je publie une photo et 3 minutes plus tard un Australien peut la voir.

MissaParis : Et pourquoi plusieurs sites Internet et pas un unique ?
Sab Will : Pour que les gens puissent choisir par quoi ils sont intéressés : la photographie, la peinture, la poésie…

MissaParis : Tu sembles avoir tant de passions…
Sab Will : Un de mes plus gros problèmes a toujours été que j’essaie de faire  trop de choses qui finissent par être de la merde. A ce jour j’ai finalement réussi à me restreindre à une poignée de domaines artistiques, et je travaille à la folle production de photos et de peintures et de mots qui je l’espère auront un certain sens pour quelqu’un, à commencer par moi !
Paris est un peu comme un cœur déversant des couleurs et des mots et des pixels tout autour de mon corps ! Si quelqu’un m’enlevait cela, je ne sais pas ce que je deviendrais.

MissaParis : Pourrais-tu nous en dire un peu plus sur tes projets en peinture ?
Sab Will : J’ai imaginé un concept autour de l’idée d’infini avec 9 carrés que l’on peut faire bouger afin de créer sa propre composition. C’est une peinture qui n’a ni début ni fin. C’est une métaphore de la vie. Cela semble complet et lorsque l’on bouge certaines parties, cela en créé une nouvelle. C’est comme la rivière de la vie, avec toutes les générations. Les gens peuvent choisir leur propre configuration.

MissaParis : Et quel est ton projet projet ?
Sab Will : L’art de rue ! Et ce un morceau no-officiel de Paris…
[Depuis l’interview ce projet a abouti et vous pouvez le voir en cliquant ici.]

MissaParis : Maintenant l’habituelle question MissaParis ! Quel est ton endroit préféré à Paris ?
Sab Will : C’est une drôle de question… à laquelle il est impossible de répondre !
J’adore la Tour Eiffel évidemment; j’essaie de prendre des photos différents à chaque fois. Mais j’aime aussi les parcs : le Parc Montsouris, le Parc Georges Brassens… Je pense paris dans son ensemble !

MissaParis : Et aurais-tu une bonne adresse à conseiller aux lecteurs de MissaParis ?
Sab Will : Peut-être ce salon de thé  où nous sommes en ce moment-même, « Le Valentin ». Et toutes les curieuses boutiques de ce magnifique passage.
[Passage Jouffroy, dans le 9ème arrondissement.]

MissaParis : Un dernier mot pour MissaParis ?
Sab Will :
Je te souhaite bonne chance et continuerai de lire avec plaisir ton blog pendant encore très longtemps !

Encore mille merci à Sab Will pour cette incroyable rencontre  et la séance photos ! Plus qu’une interview, Sab Will m’a également montré une de ses peintures et sa façon d’attendre derrière une fenêtre pour la bonne photo…
Sab Will un « vrai artiste parisien » à découvrir…

Photos : MissaParis sur une idée de Sab Will.

_________________

Foreigners love Paris. And Paris loves foreigners. Both are true. And I just met someone who couldn’t say the contrary.

His name is Sab Will. He is a photographer. He lives in Paris. He is not French, but British.
We met in a cosy salon de thé called « Le Valentin », passage Jouffroy, drank  a cup of « thé des poètes », the time for Sab to explain me his story…

MissaParis : Sab, you are British. Why have you chosen Paris to live in ?
Sab Will :Yes, I am British. I was born in Scotland and my family moved to England when I was 2. 17 years ago I kind of wanted to run away from UK and to go around the world, looking for inspiration. As I found it in Paris I stopped there and quite never left it.

MissaParis : So you have a particular link with Paris ?
Sab Will : Of course, yes. In fact the decision to stay was made for me by Paris. Paris grapped me.

MissaParis : You are a photographer, a painter, a poet… First of all when did you start the photography ?
Sab Will :
I first got into photography over 20 years ago in the UK. I’m self-taught because I’m not a big fan of people telling me what to do, and irritatingly stubborn. I pretty much dropped it when I came to France back in ’93, but got back into it in a big way a few years ago following a stay in Greece.
It became clear to me that this was a great area to get into, and digital photography was just starting to rival traditional SLRs, and since then there’s been no looking back !

MissaParis : How does the French capital inspire you ?
Sab Will : Paris inspires my photography, and my photography breathes life into my passion for this city in particular – no other place has anything like the same effect on me. I sometimes don’t even bother taking a camera with me when I go on holiday !

I’m passionate about the city in many different ways and on many different levels. For a start, ‘Paris Set Me Free’, in all its senses, really says it all. I feel creatively liberated and yet some sort of sweet prisoner at the same time.

But as a street photographer don’t think I’m taking chocolate box postcards of sunsets behind the Eiffel Tower every day – far from it! I’d say that roughly 50% of my work, such as my words-and-image vignettes I publish on the ‘Paris and I’ blog, include some sort of irony or indication that not everything is as perfect as we would like to kid ourselves it is…

MissaParis : You publish your photographies on many websites you created. Could you enlight us about that ?
Sab Will : My main creative hub is the Paris Set Me Free site. This name came from a poem I wrote which is one of my simplest but also most significant for me; it’s when it became clear in my own mind just how important Paris was for me.
Also, apart from a lot of blogs, I’ve just started a new site, Paris Photo Walks, to focus on my Paris photography. My aim is eventually for it to be the most complete personal photographic record of the city out there.

MissaParis : But why on the Internet ?
Sab Will : Because what I like of Internet, that is the possibility to touch people all over the world. I publish a photo in Paris and 3 minutes later an Australian will be able to see it.

MissaParis : And why several websites and not just one ?
Sab Will : Because people can choose what they are interested in : photography, painting, poetry…

MissaParis : You seem to have so many passions…
Sab Will
: One of my biggest problems has always been that I try to do too many things and end up being pretty crap at all of them. Right now I’ve finally managed to restrict myself to just a handful of artistic domains, and I’m working like crazy producing photos and paintings and words which I hope will have some sort of meaning for someone, starting with me !
Paris is a bit like a creative heart pumping colours and words and pixels around my body ! If someone took that out of me I don’t know what I’d be.

MissaParis : Could you tell a little more about your projects in paintings ?
Sab Will : I have imagined a concept about the idea of infinite with 9 squares and moving them you can create your own composition. This is a painting with no beginning and no end. It’s a metaphore for life. That seems to be complete, and when you move some parts of it, it creates a new one. This is like the river of life, with all the generations. People can choose their own configuration.

MissaParis : And what is your next project ?
Sab Will : Street art ! And it will be an unofficial part of Paris…
[Since we made the interview this project has been realized and you can see it clicking here.]

MissaParis : Now the MissaParis question as usual ! What is your favorite place in Paris ?
Sab Will : That’s a funny question… and imposssible to answer !
I love the Eiffel Tower of course; I’m trying to take different pictures each time. But I also like the parks : the Parc Montsouris, the Parc Georges Brassens… I think Paris entirely !

MissaParis : And do you have a good address to advise to the MissaParis readers ?
Sab Will : Perhaps this salon de thé where we are right now, « The Valentin ». And all the curious shops in this beautiful passage.
[Passage Jouffroy, in the 9th arrondissement.]

MissaParis : A last word for MissaParis ?
Sab Will :
I wish you luck and will continue to enjoy reading your blog for a long time to come !

Many thanks again to Sab Will for this amazing meeting and the photo shoot ! More than an interview, Sab Will showed me one of this paintings, his way to wait behind a window for the good picture…
Sab Will a « real Parisian artist » to discover…

Photos : MissaParis upon Sab Will’s idea.

2 Commentaires

Classé dans Bars / Cafés, Interviews / Interviews, Photos / Pictures, Poésie / Poetry

« La Fée Verte », à Bastille / « La Fée Verte », in Bastille


En voilà un bel endroit que le bar de la Fée Verte ! Un lieu un peu décalé, à l’ancienne, avec les vieux lustres et le vieux bar, l’atmosphère  chaleureuse, les reprises soul des musiques rocks, de jolies assiettes qui défilent devant vos yeux gourmands alors qu’il n’est encore 18 heures…

Pour le découvrir, descendez station Voltaire ou préférez Bastille, la marche est plus longue mais n’est-ce pas agréable de descendre la rue de La Roquette un dimanche après-midi alors que le soleil nous fait encore l’honneur de sa présence ?

Et pourquoi la Fée Verte ? Parce qu’il s’agit d’un des derniers bars parisiens où l’on peut déguster de l’absinthe.


La Fée Verte
108, rue De la Roquette, Paris 11ème.
Tél : 01 43 72 31 24

Du lundi au vendredi de 8h à 2h.
Les samedi et dimanche de 9h à 2h.

________________

Here it is a nice place that the Fée Verte (Green Fairy) ! A place a little retro, old fashioned, with old lustres and the old bar, the warmful atmosphere, the rock songs played in a soul way, nice plates coming in front of your gourmand eyes while it is only 6 pm…

To discover this place, go out at Voltaire station or prefer Bastille, the way is longer but isn’t it pleasant to go down the Roquette street  on a Sunday afternoon while the sun is honoring us of its presence ?

And why the Green Fairy ? Because it is one of the last Parisisian bars where you can drink warmwood (absinthe).

La Fée Verte
108, rue De la Roquette, Paris 11th arrondissement.
Phone: +33 (0)1 43 72 31 24

From Monday to Friday, from 8 am to 2 am.
On Saturday and Sunday from 9am to 2am.

Poster un commentaire

Classé dans Bars / Cafés, Poésie / Poetry, Restos / Restaurants

Découverte des Veillées du Ramadan / Discoveries of the Ramadan Nights


Je rentre tout juste d’un joli voyage, en Orient, ou peut-être était-ce à Paris. On ne sait plus très bien. Un savant mélange culturel, culinaire et musical à vous faire frétiller les papilles et les oreilles !

Où ? A l’Institut des Cultures de l’Islam, au 19 rue de Léon, dans le 18ème.

Quand ? Ce soir, le 10 septembre 2010, pour la fête de l’Aïd (fin du Ramadan).

Qui ? Jean-Claude Carrière (conteur, écrivain et scénariste), Abed Azrie (chanteur et compositeur) et Jeanne Cherhal (chanteuse).
Et nous, le public venant de tous horizons…

Quoi ? Un dîner franco-oriental cuisiné par les chefs Stéphane Dubreil et Frédéric Bocquet, et un spectacle arabo-français interprété par le trio d’artistes précités.

Quelques détails sur ce savoureux mélange :

Le premier, entre culture et musique : une magnifique lecture de « Majnoun Layla au Fou d’Elsa », au son des paroles arabes d’Abed Azrie, de la voix profonde de Jean-Claude Carrière et de celle cristaline de Jeanne Cherhal, des cordes et de l’accordéon.
Quand le public fait silence et profite de ce pure moment de sérénité et de partage des cultures.

Le second, entre culture et cuisine : au menu, tout un repas arabo-français invitant au partage et à la gourmandise !
Un sirop de racines aux épices, un bouillon à agrémenter de neuf ingrédients avec ses voisins de table, un plateau commun de veau à la confiture de roses et épinards au lait accompagnés de sa semoule à partager et à manger avec les mains (ce qui n’est pas si facile pour les occidentaux, habitués aux couteaux et fourchettes !) et une succulente crème de chocolat épicée à l’orange (j’en ai encore l’eau à la bouche !).

Une soirée parfaite de découvertes et d’échanges, avec la bise du cuisinier et celle de Jeanne Cherhal en prime  !


A venir… l’interview de la Directrice de l’Institut des Cultures de l’Islam.

____________________

I have just come back from a nice trip from the orient, or perhaps in Paris. We don’t know really any more. A tasty mix cultural, culunary and musical mix to make your papilla and your ears wagged !

Where ? At the l’Institut des Cultures de l’Islam, 19 rue de Léon, in the 18th arrondissement.

When ? Tonight, on Septembre 10th 2010, for the end of the Ramadan.

Who ? Jean-Claude Carrière (storyteller, writer and scriptwriter), Abed Azrie (singer and composer) and Jeanne Cherhal (singer).
And us, the public coming from various cultures…

What ? An Oriental and French dinner cooked by the Stéphane Dubreil and Frédéric Bocquet, and show interpreted by the trio of artists quoted above.

Some details about this savoury combination :

The first one between culture and music : a wonderful reading of « Majnoun Layla au Fou d’Elsa », with the sound of the arabic words of Abed Azrie, of the strong voice of Jean-Claude Carrière and the crystalline one of Jeanne Cherhal, of the strings and the accordion.
When the public is quiet and is enjoying this pure moment of serenity of culture share.

The second one between culture and cuisine : à la carte, an entire Arabic and French meal calling for sharing and gourmandise !
A sirop of roots and spicies, a broth embellished with nine ingredients with your table neighbours, a common plate of veal with rose jam and spinach and milk and simolina, to share and to eat with the hands (that is not an easy thing for the Western people used to eat with a knif and a fourch !) and a delicious chocolate cream with orange (I can still feel the taste !). e

A perfect night of discoveries and sharing, with the kiss of the chef and of Jeanne Cherhal !


To come… the interview of the Directress of the Institut des Cultures de l’Islam.

3 Commentaires

Classé dans Concerts / Concerts, Festivals / Festivals, Musées / Museum, Musique / Music, Poésie / Poetry

« Le Pont Mirabeau », Guillaume Apollinaire (1912) / Marc Lavoine (2001)


 

 

Les paroles de cette chanson sont les vers du poème « Le Pont Mirabeau », de Guillaume Apollinaire et reproduit ci-dessous :

 

 

Le Pont Mirabeau

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu’il m’en souvienne
La joie venait toujours après la peine

         Vienne la nuit sonne l’heure
         Les jours s’en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l’onde si lasse

         Vienne la nuit sonne l’heure
         Les jours s’en vont je demeure

L’amour s’en va comme cette eau courante
L’amour s’en va
Comme la vie est lente
Et comme l’Espérance est violente

         Vienne la nuit sonne l’heure
         Les jours s’en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

         Vienne la nuit sonne l’heure
         Les jours s’en vont je demeure

« Le Pont Mirabeau »
Apollinaire, Alcools (1912)

 

Photo : lefildutemps.free.fr

___________________________

The words of this song are the lines of the poem « The Pont Mirabeau » from Guillaume Apollinaire, written below :

The Pont Mirabeau

Under the Pont Mirabeau the Seine
           Flows with our loves
   Must I recall again?
Joy always used to follow after pain

           Let the night come: strike the hour
           The days go past while I stand here

Hands holding hands let us stay face to face
           While under this bridge
     Bridge our arms make slow race
Long looks in a tired wave at a wave’s pace

           Let the night come: strike the hour
           The days go past while I stand here

Love runs away like running water flows
           Love flows away
But oh how slow life goes
How violent hope is nobody knows

           Let the night come: strike the hour
           The days go past while I stand here

The days pass and the weeks pass but in vain
           Neither time past
     Nor love comes back again
Under the Pont Mirabeau flows the Seine

           Let the night come: strike the hour
           The days go past while I stand here

« Le Pont Mirabeau »
Apollinaire, Alcools (1912)

The English translated version is taken from http://www.armory.com/~thrace/ev/siir/Apollinaire.html

 

6 Commentaires

Classé dans Monuments / Monuments, Musique / Music, Poésie / Poetry