Archives de Tag: Métro

« La Course Parisienne » / « The Parisian Running »


Il ne s’agit pas d’un marathon annuel ni d’une course caritative mais de celle quotidienne de tout bon Parisien : la course après le temps.

Ça commence le matin, dans le métro : vous marchez d’un pas tranquille quand tout à coup la personne au bout du couloir se met à courir. Peu à peu les autres personnes devant vous le suivent. Et puis c’est votre tour et vous vous mettez à courir. Pourquoi ? Parce que les autres courent pardi !

Pour finalement vous apercevoir, essoufflés, comme vos camarades de couloir de métro quelques secondes avant vous, que c’était le métro du quai d’en face…

Ça ne vous est jamais arrivé ?!

Et la course va se poursuivre ainsi tout au long de la journée : l’attente au feu rouge pour traverser, le slalom entre les passants peu pressés sur le trottoir, l’accélération pour retenir l’ascenseur… et le soir, encore, avec le métro…

Vivre à Paris, c’est un vrai marathon vous ne trouvez pas ?

Photo : http://lebrunf9.free.fr

__________________

This is not a yearly marathon or a charitable running but the daily one as a good Parisian : the run after time.

It starts in the metro the morning : we are quietly walking when someone in the end of the corridor starts running. Little by little the others in front of you follow him. Then it’s your turn to start running. Why ? Because the others are running of course !

To finally realize, unbreathless, as your metro corridormates a few seconds before you, that it was the metro at the platform opposite…

Haven’t it never happened to you ?

And the running is continuing all day long : the running at the traffic light to cross the street, the slalom between the unhurried people on the pavement, the acceleration to keep on the lift… and the evening, again, with the metro…

Living in Paris is a real marathon, isn’t it ?

Photo : http://lebrunf9.free.fr

Publicités

1 commentaire

Classé dans Fourre-tout / Medley, Histoires parisiennes / Parisian stories, Métro / Subway

« Le wagon de 22:33 » / « The wagon of 10:33 pm »


Cela pourrait être le titre d’un roman policier. 22h33, l’heure du crime. Dans une gare parisienne déserte et mal éclairée, dans les escalators grinçants et les couloirs sans fin, vous êtes la seule âme qui vive. Un peu effrayant, non ?

Sauf que votre optimisme et votre perpétuelle volonté de voir le meilleur de tout vous conduisent à trouver cette situation des plus intéressantes…

Pourquoi ? Ça, vous ne le savez pas encore. Les plus pessimistes pourraient penser que quelque chose d’épouvantable est sur le point de se produire…

Et au risque de vous décevoir, ce qui s’ensuit est bien plus proche du sympathique que de l’horreur.

Sur un quai, vous dépassez les wagons un à un, et derrière les vitres vous regardent des yeux tristes et aussi vides que les sièges alentours. Au 5ème wagon, les mines semblent plus réjouies. Vous montez.

Vous sortez votre livre, commencez un nouveau chapitre quand vous vous apercevez tout à coup que les gens qui discutent autour de vous ne se connaissent pas. Pas plus que vous ne les connaissez.

Une jeune femme pleine d’entrain lance : « Ah, vous voyez, elle aussi a préféré monter dans ce wagon, dans les autres c’était désert! ».
Vous lui souriez. Elle n’a pas tort !

Une jeune fille entre et à l’autre qui l’interpelle d’un « eh, une nouvelle recrue! », elle acquiesce d’un sourire.

Les huit passagers commencent à discuter. Ces huit passagers qui, il y a quelques minutes encore, étaient de parfaits inconnus sont devenus en ce si petit laps de temps des compagnons de voyage.

Vous parlez, échanger, riez. Un jeune homme quitte le wagon, c’est un peu comme un petit bout de votre équipe qui s’en va !

A la prochaine, c’est votre tour…
Tout le monde vous souhaite un bon retour, une bonne soirée. Et pour sûr, elle a été bonne !

 

Image : www3.ac-nancy-metz.fr

_____________________________

That could be the title of a detective novel. 10:33 pm, the crime time. In a desert and dark Parisian station, in the creaking escalators and the endless corridors, you are totally alone. A little scary, isn’t it ?

Except that your optimism and your perpetual will to see the best in everything make you thought that this situation is very interesting…

Why ? That, you don’t know it yet. The most pessimist ones could think that something awful is going to happen…

Sorry to disappoint you, but what is following is more sympatic than horrible.

On a platform, you go along the wagons, one after the other, and behind the windows are looking at you sad eyes and as empty as the seats around. At the 5th wagon, the faces seem more joyful. You go in.

You take out your book, start reading a new chapter and suddenly we get that people chatting around you don’t know each other. Not more that you don’t know them either.

A young woman full of life says : « Ah, you see, she has prefered to come in this wagon too, the others were empty! ».
You smile at her. She is not wrong !

A young girl arrives and to the other one who shouts at her with a « eh, a new one! », she nodds with a smile.

The eight passengers start chatting. Those height passengers who, a few minutes ago, were real strangers have become travelling companions in a so short period of time.

You’re chatting, sharing, laughing. A young man leaves the wagon and that’s as if a little piece of the your team is leaving ! V

At the next one, that’s your turn…
Every one wishes you a safe return, good evening. And for sure, it was a good one !

 

Picture : www3.ac-nancy-metz.fr

1 commentaire

Classé dans Fourre-tout / Medley, Histoires parisiennes / Parisian stories, Métro / Subway, Poésie / Poetry

Le chanteur d’Etienne Marcel / The singer of Etienne Marcel


Ce soir, 21h43. Station Etienne Marcel, j’attends le métro. Sur le quai d’en face, un homme, assis, joue avec son parapluie en le balançant d’une main à une autre. Il est seul. Je suis plongée dans mon livre. Sans crier gare, mon voisin d’en face se met à chanter « Sunny ». Sunny, yesterday my life was filled with rain…

Il a entre quarante et cinquante ans. Sa voix chaude et profonde résonne dans le métro. Je lève mon nez des lignes écrites sous mes yeux. Il me sourit.

A côté, sur mon propre quai, un homme esquisse des entrechats malencontreux, sans succès. Il se met à claquer des doigts.

21h45. Mon métro arrive. Sunny, one so true, I love you ! Le chanteur inconnu me regarde et réussit à m’arracher un sourire. Il me salue de la main. Le métro passe devant moi, je ne le vois plus.

Il est 21h46 et je viens de vivre deux minutes parisiennes comme je les aime. Insolites.

Photo : http://fr.wikipedia.org

______________________

Tonight, 9:43 pm. Etienne Marcel Station, I am waiting for the metro. On the platform opposite a man, sat, is playing with his umbrella, rocking it from an hand to the other. He is alone. I am focused on my book. Without any warning my neighbour opposite starts singing « Sunny ». Sunny, yesterday my life was filled with rain…

He is between 40 and 50. His warm and deep voice rings out in the metro. I put my head up from the written lines under my eyes. He smiles to me.

Next to me on my own platform a man tries unfortunate entrechats, without any succes. He starts to snap his fingers.

9:45 pm. My metro arrives. Sunny, one so true, I love you ! The unknown singer looks at me and manages to make me smile. He waves at me. The metro comes in front of me, I can’t see him any more.

It is 9:46 pm and I have just lived two Parisian minutes as I like them. Insolite.

Photo : http://fr.wikipedia.org

2 Commentaires

Classé dans Concerts / Concerts, Fourre-tout / Medley, Histoires parisiennes / Parisian stories, Métro / Subway, Musique / Music