Archives de Tag: Opéra

Le Père Noël en bleu, une nouvelle mode ? / Christmas Father in blue, a new fashion ?



A en voir les Pères Noël tout de bleu vêtus boulevard Haussmann jeudi midi, la réponse aurait pu être oui !

Et puis finalement non… il s’agissait juste d’une habile campagne publicitaire.
Et ça marche ! La preuve, même MissaParis en parle !

________________________

Seeing the all blue-wearing Christmas Fathers on boulevard Haussmann on Thursday afternoon, the answer could have been yes !

And finally not… that was only a smart advertising campaign. And that’s working ! See, even MissaParis speaks about it !

2 Commentaires

Classé dans Histoires parisiennes / Parisian stories, Mode / Fashion

Un moment italien à Paris / An Italian moment in Paris


Paris, l’Italie, le café. Et j’ajouterais des blogueuses parisiennes.

Vous me suivez ?
Bon, je vous éclaire : ce soir, séance découverte du bistrot « l’espressemente » d’Illy Paris. Au menu, un cours sur la fabrication du café dispensé en français et en italien par un membre de l’Université du Café de Paris et une goûteuse italienne chez Illy depuis 30 ans !

Illy, c’est quoi ?
Il s’agit d’une marque italienne de café, à l’origine de la création de la première dosette à papier (par Ernesto Illy en 1974 – Eh non, Georges Clooney n’a rien inventé !).
Depuis 2003, Illy a installé sa première boutique hors d’Italie dans notre chère capitale.

Le concept ? Un bistrot chic tout de noir et rouge vêtu, bar en acier, choix de café Illy illimité. En prime, des produits 100 % made in Italie (même les pâtisseries, les sièges et une partie du personnel viennent de là-bas!) .

Au-dessus de la table centrale, un grand lustre pour le moins étonnant : des dizaines de tasses customisées  chaque année par un nouvel artiste (l’an passé, c’était au tour du cinéaste espagnol Pedro Almodovar).
Une farandole de tasses colorées pour le plus grand plaisir de vos yeux !

Sur le mur de droite, deux ombres de visages à l’aube d’un baiser (un clin d’oeil au café nommé désir ?), plus au fond , des photographies en noir et blanc de Sebastio Salgado, en hommage aux caféiculteurs, sur la gauche, le grand bar en acier, un des symboles du « concept esspressemente ».

Et là, vous vous demandez pourquoi j’ai parlé de blogueuses…
Et bien ce soir, nous étions 5 blogueuses parisiennes invitées à cette soirée dégustation où l’on a appris à goûter correctement du café (Fabiana, la « gouteuse pro » en goûte plus de 120 par jour !), que 120 millions de personnes travaillent dans le secteur agricole de la culture du café dans le monde, que l’arabica est meilleur que le robusta et même que Paris est une ville test pour l’implantation de nouveaux concepts à travers le monde !

Outre MissaParis, étaient présentes Eloise de ParisTempsLibre, Naïma des Bons Plans de Naïma, Sophie de Gourmetise et Anne d’ Une gourmande à Paris.

Au final, la découverte d’un lieu sympathique où boire un bon café italien, la rencontre de camarades blogueuses parisiennes, et tout ça devant une tasse remplie d’un assemblage de 9 cafés provenant de 15 pays différents : un peu de Pérou, d’Inde, du Brésil et d’où sais-je encore dans une simple tasse à Paris !

What else ?
(Phrase finale déjà utilisée, mais inévitable !)

Illy Esspressemente
13, rue Auber
75 002 Paris
Métro Opéra

________________________

Paris, Italy and coffee. And I would add Parisian blogwriters.

Do you follow me ?
I make it clear : tonight, discovery lesson in the Illy « Esspressemente » café in Paris. At the menu, a lecture on the coffee making given both in French and Italian by a professor from the University of Coffee in Paris and an Italian professional taster at Illy’s since 30 years !

Illy, what is it ?
This is an Italian brand of coffee, at the origin of the creation of the first paper coffee bags (by Ernesto Illy – and no,  Georges Clooney has invented nothing !).
Since 2003, Illy created its first Illy café outside Italy in our dear capital.

The concept ? A chic bistrot decorating in red and black, bar in steel, an illimited choice of Illy coffees. Moreover, products 100% made in Italy (even the delicatessen, the seats and a part of the staff come from there!).

Above the central table, a very surprising big ceiling decoration : tens of cups customized each year by a new artist (last year it was the Spanish moviemaker Pedro Almodovar’s turn).
A farandole of colored cups for the big pleasure of your eyes !

On the right wall, the shadows of faces almost kissing (a wink to the « café nommé désir »?), further, black and white photographies from Sebastio Saldago in honor of the coffe-cultivators, on the left, the big steel bar, one of the « esspressemente concept » symbols.

And there, you are wondering why I spoke about the blogwriters…

Well tonight, we were 5 Parisian blogwriters invited to this tasting event where we learnt to taste coffee correctly (Fabiana, the « pro » taster tastes more than 120 ones a day !), that 120 millions people work in the farm sector of the coffee production in the world, that arabica is better than robusta and even that Paris is the test-city for the implementation of new concepts all over the world !

Except MissaParis, were there Eloise from ParisTempsLibre, Naïma from les Bons Plans de Naïma, Sophie from Gourmetise and Anne from Une gourmande à Paris.

Finally, the discovery of a nice place to drink a good Italian coffee, the meeting with Parisian blog-friends, and all of this in front of a cup full of the mix of 9 coffees from 15 different countries : a little of Peru, India, Brasil and I don’t know where in a little cup in Paris !

What else ?
(Final sentence already used but inevitable !)

Illy Esspressemente
13, rue Auber
75 002 Paris
Métro Opéra

2 Commentaires

Classé dans Bars / Cafés

Le Patata Café d’Opéra / The Patata Café of Opéra


Comme l’indique son nom, au Patata Café, on mange… des patates !! Mais attention, pas de simples « patates », ça, on peut le faire à la maison !

De belles et grosses pommes de terre garnies selon votre gout : saumon fumé à la crème, bœuf et concassé de tomates, trois fromages, fondue de courgette et gratiné de fromage… de quoi ravir toutes les papilles !

Ça, vous pourrez me dire, on peut aussi le cuisiner à la maison. Mais au Patata Café, c’est servi avec le sourire jusqu’aux oreilles, dans un cadre cosy et sympa, et la magnifique vue de l’Opéra Garnier illuminé après diner, ce n’est pas sûr que vous l’ayez de la fenêtre de votre salon… Et ça, ça n’a pas de prix !

Patata Café
25, boulevard des Italiens
75 002 Paris
Tél : 01 42 68 16 66

Menus à partir de 11€ le midi (Patata + buffet de salades composées) et de 13,90€ le soir (Patata + dessert).

__________________________

As its name says, at the Patata Café, we eat… potatoes ! ! But be carreful, not only simple ones, that, we can do it at home !

Nice and big potatoes baked according to your taste : smoked salmon with cream, beef and crushed tomatoes, three cheeses, fondue of courgettes with cheese au gratin… to please all the taste buds !

That, you could tell that we can also cook it at home. But at the Papata Café, that is served with the grine from ear to ear, in a nice and cosy setting, and the beautiful view of the enlighted Opéra Garnier after diner, that is not sure you have it from the window of your living room… And that, that’s priceless !

Patata Café
25, boulevard des Italiens
75 002 Paris
Tél : 01 42 68 16 66

Menus from 11€ for lunch (Patata + buffet of mixed salads) and from 13,90€ for diner (Patata + desert).

2 Commentaires

Classé dans Restos / Restaurants

La Bretagne à Paris ! / The Britain in Paris !


Cap sur la Bretagne !! A défaut d’air marin, le restaurant Le Cap Breton propose un petit voyage culinaire en Bretagne avec ses délicieuses crêpes salées (bovine, roquefort, coquelicot, tulipe…) et sucrées (banane chocolat, caramel au beurre salé…)

Un régal pour une pause déjeuner gourmande du côté de l’Opéra !

Galettes salées à partir de 5€.

Le Cap Breton
12 rue Monsigny – 75002 PARIS
Tél : 01 42 96 41 78
Métro : Ligne 9 Station 4 septembre

Ouvert tous les jours sauf le dimanche et le lundi soir
Le midi de 11h45 à 14h 30 (samedi de 12h30 à 14h30)
Le soir de 19h à 22h

et

43 rue Le Peletier – 75009 PARIS
Tél : 01 40 16 16 07
Métro : Ligne 7 Station Le Peletier

Ouvert uniquement pour le déjeuner du lundi au vendredi de 12h30 à 14h30.

Photo : lecapbreton.com

___________________

Cap on Britain !! Failing the sea air, the restaurant Le Cap Breton offers a little culinary trip in Britain with its delicious salted crêpes (meat, roquefort, coquelicot, tulipe…) and desert ones (chocolate banana, caramel…)

A delight for a yummy lunch break next to the Opera !

Salted crêpes from 5€.

Le Cap Breton
12 rue Monsigny – 75002 PARIS
Phone : +33 (0)1 42 96 41 78
Métro : Line 9, 4 septembre Station

Open everyday except on Sunday and on Monday evening
For lunch from 11:45 am to 2:30 pm (on Saturday from 12:30 am to 2:30 pm)
For lunch from 7 pm to 10 pm

and

43 rue Le Peletier – 75009 PARIS
Phone : +33 (0)1 40 16 16 07
Métro : Ligne 7 Station Le Peletier

Open only for lunch from Monday to Friday from 12:30 am to 2:30 pm.

Photo : lecapbreton.com

2 Commentaires

Classé dans Restos / Restaurants

« Véronique François amène l’opéra dans la rue » / « Véronique François brings the opera in the street »


Nous sommes samedi soir et je me balade dans le quartier de Notre-Dame. Sur le parvis, parmi la foule de touristes, un cercle s’est formé autour d’une voix puissante, celle d’une chanteuse d’opéra. Il s’agit de Véronique François. Mais qui est-elle, cette femme tout droit sortie de la planète « opéra » et qui nous amène son art dans la rue ?

Une semaine plus tard, je retrouve Véronique dans un café, dans le 8ème arrondissement. Elle parait bien plus timide que ne le laissait présager sa voix pénétrante et la force de ses traits quand elle chantait.
Mais lorsqu’elle commence à parler de sa passion, l’opéra, elle se dévoile avec toute sa sensibilité d’artiste et son envie de faire partager ce qu’elle a de plus cher. « Je ne peux pas vivre sans chanter ». Ses mots sonnent vrais.

Elle a accepté de répondre aux questions de MissaParis, pour sa toute première interview.

Mais qui est Véronique François ? Je vous laisse le découvrir…


MissaParis : Bonjour Véronique. Tu es chanteuse semi-professionnelle. Mais d’où t’es venue cette passion pour le chant lyrique ?
Véronique François : J’ai passé une audition pour les Petits Chanteurs lorsque j’avais 8 ans, mais au bout de quelque temps, je chantais trop fort par rapport aux autres et j’avais l’envie de jouer un véritable rôle comme le permet l’opéra. On joue un personnage, et tout doit suivre : la démarche, le corps, l’expression du visage, jouer un homme ou bien une femme, aux antipodes de ma personnalité. Il est impossible de se montrer plus à nu.
Cela fait 7 ans que j’étudie le chant lyrique. Mais je suis par ailleurs professeur de musique auprès d’handicapés moteur, mentaux et psychiques. Et cela m’aide beaucoup dans ma réflexion sur la transmission de la musique et du chant, le côté « primitif » et transcendant de la musique.


MissaParis : Véronique, je t’ai découverte chantant de l’opéra en pleine rue, sur le parvis de Notre-Dame, un samedi soir. Comment est née cette idée ?

Véronique François : Nous somme en réalité deux dans cette aventure : Livia Abitbol est une chanteuse avec qui je prends des cours auprès du même professeur, le Ténor Dan Speerschneider, de l’Opéra Bastille. Nous avons voulu aller à la rencontre du public, faire découvrir l’opéra à un plus grand nombre de personnes, toucher les gens. Mais surtout rendre l’opéra plus accessible, le rendre populaire.

D’autres chanteurs se produisent à Paris, mais pas de façon aussi organisée. Nous, nous chantons accompagnées d’un enregistrement instrumental, exécuté par notre pianiste, Myriam Legentil.

C’est peu courant de chanter de l’Opéra dans la rue, apparemment, ça se fait beaucoup plus à New York. C’est une belle rencontre avec un public qui n’a pas forcément l’opportunité d’écouter de l’opéra ailleurs. Et pour nous,
semi-professionnelles, c’est un formidable entrainement !


MissaParis : Et comment ces spectateurs réagissent-ils ?
Véronique François : C’est très étonnant, il y a comme une forme de respect. Les gens se mettent en cercle autour de moi, en laissant une certaine distance physique, comme dans un théâtre. Ils sont curieux, intrigués, semblent impressionnés, surtout les enfants à cause de la puissance de la voix, mais aussi parce qu’il s’aperçoivent qu’il s’agit d’un vrai spectacle vivant.

MissaParis : Certains viennent-ils te voir après les représentations ?
Véronique François : Oui, et j’ai de très bons retours. Les gens viennent me remercier, me féliciter. Beaucoup d’étrangers surtout : des suédois, espagnols, japonnais, italiens. Ils estiment sans doute que l’opéra est accessible, au contraire des français. C’est un peu dans notre culture de sacraliser le rapport à l’artiste. On m’avait même dit une fois que l’opéra était comme gouter un très bon vin, on ne peut pas faire ça n’importe comment !
Mais ce qui est intéressant, c’est que le retour des gens n’est pas sur la technique, mais sur l’émotion ressentie.

Certains sont au contraire plus connaisseurs et m’interrogent sur tel ou tel air.


MissaParis : Justement, face à un public qui n’est pas forcément averti, comment choisis-tu la programmation ?
Véronique François : Nous essayons d’interpréter des titres connus du grand public, grâce à la publicité ou au cinéma, comme Carmen par exemple. Mais aussi d’alterner avec des pièces moins connues, pour justement les faire connaitre.

MissaParis : Les représentations dans la rue ont commencé début juillet. Quelles sont tes impressions après quelques semaines ?
Véronique François : Très bonnes ! Il n’y a eu que des bons retours, et cela donne vraiment envie de continuer, peut-être même après l’été. On imagine même un accompagnement par une pianiste qui serait présente avec un clavier, et pourquoi pas un vrai récital en costumes.
MissaParis : Où et quand peut-on venir t’écouter ? [Véronique se produit actuellement seule mais sera rejointe par Livia, début aout.]
Véronique François : Nous donnons au moins trois concerts par semaine, du jeudi au dimanche. A 20h le jeudi et le vendredi et le weekend à 15h, pendant une heure quand je suis seule et une heure trente environ quand nous sommes deux.
Sur le parvis de Notre-Dame, la Place des Vosges, le Petit Pont ou encore la place carrée près de la pyramide du Louvre. Cela dépend de l’humeur, de l’envie et du temps !


MissaParis : Parmi ces endroits, quel est celui où tu préfères chanter?
Véronique François : Peut-être Notre-Dame, parce que c’est le plus audacieux, même si ce n’est pas forcément le plus avantageux pour la voix, comme cela résonne moins bien. C’est aussi le plus intense par rapport au public, il y énormément de passages, d’étrangers surtout, certains me filment et me photographient ! Et je me dis que grâce à eux, moi qui suis une parfaire inconnue, je vais pouvoir voyager un peu, au Japon ou ailleurs !
C’est un partage universel, avec un côté éphémère.


MissaParis : Et ton lieu favori à Paris, en général ?
Véronique François (après quelques secondes de réflexions) : hum… il y en a tellement ! Je dirais l’Opéra Garnier, qui me fascine. C’est un endroit mystique, et ce serait une consécration, l’accomplissement de toute une carrière que de s’y produire un jour…


MissaParis : Pour finir, une bonne adresse parisienne à nous conseiller ?
Véronique François : J’aime beaucoup le restaurant l’Encrier, rue Traversière, dans le 12ème arrondissement. C’est un endroit chaleureux et simple, un mélange de simplicité et de sophistication. Un peu comme l’opéra, qui est sophistiqué dans sa forme mais simple dans le fond, puisqu’il s’agit de partage d’émotion…


Propos recueillis par MissaParis.
Un grand merci à Véronique François pour cette formidable rencontre. A aller écouter tout l’été les jeudi et vendredi soir à 20h et les samedi et dimanche à 15h, à Notre-Dame, Place des Vosges… (selon la météo!)
Véronique mettra ses futurs dates et lieux de concerts en commentaire dans cet article.

Photo : MissaParis

_________________________________
We are on Saturday evening and I’m walking in Notre-Dame area. In the square, among the crowd of tourists, a circle has been formed around a strong voice, the one of an opera singer. She is Véronique François.  But who is she, this woman directly coming from the planet « opera » and who brings her art in the street ?

A week later, I meet Véronique in a café, in the 8th arrondissement. She seems shyer that we could expect after having heard her penetrating voice and her strict face while she was singing.
But as soon as she starts speaking of her passion, the opera, she reveals all her artist sensitivity and her will to share what means the most for her. « I cannot live without singing ». Her words sound true.

She accepted to answer the questions of MissaParis, for her first interview.

But who is Véronique François ? I let you discover her…


MissaParis : Hi Véronique. You are a semi-professional singer. Where does your passion for opera come ?
Véronique François : I took an audition for the Petits Chanteurs when I was 8, but after a while, I was singing too loudly in comparison with the others and I wanted to play a real role as the opera enables that. We play a character and everything has to follow : the walk, the body, the face expression, playing a man or a woman,  far from my own personality. It’s impossible to be more exposed.
I have been studying opera for 7 years. But I am a music professor for mentally and physically disable persons. And that helps me a lot in my reflexion about the transmission of music and singing, the primitive  and transcendent aspect of the music.

MissaParis : Véronique, I discovered you singing opera in the middle of the street, in the square of Notre-Dame, on a Saturday night. How was this idea born ?
Véronique François : We are two in this adventure : Livia Abitbol is a singer who I take lessons with, with the Tenor Dan Speerschneider, from the Opéra Bastille. We have wanted to meet the public, make a big number of people discovered the opera, touch people. But particularly to make the opera more accessible, to make it more popular.  Other opera singers sing in Paris, but they are not so well-organized. We do sing with an instrumental record made by our pianist Myriam Legentil.

That is not usual to sing opera in the street, apparently it is more in New York. That is a good meeting with a public, who hasn’t obviously the opportunity to listen to opera elsewhere. And for us, semi-professionals,  that’s a wonderful training !


MissaParis : And what are the spectators’ reactions ?
Véronique François : That’s very surprising, there is like a respect. People put themselves like a circle around me, letting a certain physical distance, like at the theatre. They are curious, intrigued, seem impressed, particularly the children because of the strongness of the voice, but also because they see that this is a live show.

MissaParis : Are some of them come to see you after the concerts ?

Véronique François : Yes, and I have good feedbacks. People come to thank me, to congratulate me. A lot of foreigners especially : Swedish, Spanish, Japans, Italians. They may think that opera is accessible, unilke the French. That is in our culture to make the relation to the artist sacred. Once I was told that opera is like tasting a good wine, we can’t do anything !
But what is interesting is that people’s feedback is not about the technique, but about the felt emotion.
On the contrary some of them are more expert and ask me about such an aria or such another.


MissaParis : Precisely, face to the public who is not obviously expert, how do you choose the programmation ?
Véronique François : We try to sing arias known by the public, thanks to the advertisement or the cinema, such as Carmen. But also to mix with less known ones, to make them known.


MissaParis : The concerts in the streets started in the beginning of July. What are your first impressions after a few weeks ?
Véronique François : Very good ! There have been only good feedbacks, and I want more to keep doing that, even after summer. We even imagine an accompaniment by a pianist who would be present, and why not a recital with costums.


MissaParis : Where and when can you come to listen to you ? [Véronique currently sings alone but Livia will join her in the beginning of August. ]
Véronique François : We give at least 3 concerts a week, from Thursday to Sunday. At 8 pm on Thursday and Friday and at 3 pm during the weekend, for one hour when I am alone and nearly one hour and a half when we are two.
In Notre-Dame square, Place des Vosges, the Petit Pont and also the square next to the pyramide du Louvre. It depends on the mood, the envy and the weather !

MissaParis : Among those places, where do you prefer singing ?
Véronique François : Maybe Notre-Dame because that is the most audacious, even it is not the best for the voice, as  that echoes less well. That is also the more intense thanks to the public, there is a big traffic, of foreigners especially, some film me or take photographs ! And I think that thanks to them, I who is a perfect anonymous, I’m going to travel a little, in Japan or elsewhere !
That is a universal sharing, with an ephemeral aspect.


MissaParis: And your favorite place in Paris ?
Véronique François (after a few seconds of thoughts) : hum… there are so many ones ! I would say the Opéra Garnier, which fascinates me. It’s a mystical place, and it would be a consecration, the accomplishment of an all carreer to sing there once…


MissaParis : Finally, a good address to advise us ?
Véronique François :  I like a lot the restaurant l’Encrier, rue Traversière, in the 12th arrondissement.  It’s a warmful and simple place, a mix of simplicity and sophistication; A little like the opera, which is sophisticated in its form but simple basically, because it’s about sharing emotion…

Interview made by MissaParis.
A big thank you to Véronique François for this wonderful meeting. To go and listen all summer
at 8 pm on Thursday and Friday and at 3 pm during the weekend, in front of Notre-Dame, Place des Vosges… (it depends on the weather!)
Véronique will update her dates of concerts in the commentaries of this article.

Photo : MissaParis

5 Commentaires

Classé dans Concerts / Concerts, Interviews / Interviews, Musique / Music